ROGE blog

Interview Midi Douze

Aller au contenu

Finalistes du tremplin organisé par la salle Le Réservoir à Paris, Midi Douze se retrouve une nouvelle fois sur scène le lundi 15 février pour la finale du Festival Génération Réservoir. Bretons d’origine, mais dorénavant parisiens, les compères du groupe se sont livrés chez moi à une session live exclusive, mais aussi à une interview pour nous expliquer la manière dont ils abordent leur concert, leur futur, leurs morceaux. On vous laisse les découvrir.

Groupe Midi Douze

 

1 Tout d’abord, qui êtes-vous Midi Douze, comment vous présenteriez-vous?

Raphael : On est juste quatre potes qui faisons de la musique! On s’est retrouvé autour d’un projet musical et on fait en sorte de le faire avancer ensemble !

2 Un concert est prévu au Réservoir dans le cadre du festival Génération Réservoir lundi 15 février. Comment l’abordez-vous? Est-ce une pression particulière pour un groupe jeune comme le vôtre?

Raphael : Justement, le fait que l’on soit un groupe jeune fait que l’on a encore tout à prouver. Alors on n’a pas la pression d’une grosse attente de la part du public. On y va pour se faire plaisir et donner du plaisir.

Pierre : Ça sera le deuxième concert de Raphael aussi !

Rémi : On y va pour prendre notre pied ! On était venu la dernière fois sans autre ambition que celle de prendre du plaisir et la salle nous a rappelé. Donc on va faire la même chose, et on verra bien ce qui va se passer. Tant que les musiques sont bonnes et bien interprétées, il n’y a aucune raison de se faire du souci. On ne va pas chercher à être différent de ce que l’on est.

3 Est-ce que vous connaissez les autres artistes qui seront présents lors de la semaine de festival?

Raphael : On ne les connait pas personnellement non, mais on les a déjà tous un peu écoutés. En tout cas on n’est pas du tout dans un sentiment de rivalité vis-à-vis d’eux. Donc tout va bien pour nous.

4 Quelles sont les difficultés ou avantages à être un groupe récent comme vous? D’un point de vue de la composition par exemple.

Raphael : Un peu les deux… Parfois l’inspiration vient d’un seul coup, et faire un nouveau morceau se révèle être très instinctif. Dans d’autres cas, ça prend plus de temps, on a besoin de le retravailler.

Cédric : Il y a aussi le fait qu’il faut que ce soit cohérent. Que le son soit le même, que l’on arrive à mettre notre patte sur chacune des nouvelles compositions. Et parfois on peut partir un peu dans tous les sens ! Alors il faut savoir se cadrer par moment.

Pierre : Le fait d’être indépendant nous enlève de la pression, et ça nous permet de prendre plus de temps pour vraiment nous focaliser sur le rendu, le son et la manière dont on va enregistrer.

Rémi : Ce qui est cool, c’est que globalement les paroles que Raph’ produit et la musique que l’on y ajoute avec Pierre fonctionne très bien.

Raphael : On a procédé de plein de façons différentes pour la composition. Au début, on faisait les morceaux et on plaçait les paroles dessus. Pendant un moment, je composais sur iPad des boucles sur Garageband pour donner une idée à Pierre, puis il recomposait tout ça avec ses instruments pour faire quelque chose de poussé et abouti.

Pierre : Voilà, c’est Raphael qui écrit tous les textes, et nous on compose la musique. On fait les arrangements tous ensemble.

Rémi : Même si ça reste quand même Pierre et Raphael les deux têtes pensantes du groupe pour la composition !

 

 

 

5 Pouvez-vous nous en dire plus sur vos futurs morceaux ? Vont-ils rester dans le même esprit que les précédents ?

Pierre : J’avais un groupe avant Midi Douze, et par exemple lorsqu’on a composé Break My Style, on ressentait encore les influences de ce groupe sur les compositions. Aujourd’hui, on a affiné le style, et on se dirige vers quelque chose de plus électronique, plus minimaliste, avec des sons assez léchés.

Cédric : On a envie de creuser les textures de son, de travailler chaque instruments que l’on entend sur les morceaux.

Raphael : On conserve aussi cette atmosphère suspendue, aérienne.

6 Est-ce que vous essayez de faire passer un message, une histoire dans votre musique ?

Raphael : Il y a forcément une partie personnelle dans l’écriture d’une chanson, ça te sert de socle, de base créative pour un morceau. Mais l’idée est plutôt de laisser chacun interpréter nos chansons avec son propre vécu, ses propres expériences, pour qu’il puisse en tirer quelque chose de propre et significatif.

7 Avez-vous pour ambition de faire une tournée ou d’enchaîner les concerts une fois un EP ou un album sorti?

Raphael : On aimerait vraiment pouvoir confronter les morceaux au public, et puis encore une fois on adore être sur scène.

Cédric : Finalement, on y pense aux concerts dans nos arrangements, lorsque l’on met des grosses basses, on s’imagine sur scène en train de les envoyer!

Rémi : Sur scène, Raphael reste au chant, même s’il va faire un petit passage sur un clavier MS10. Pierre, fait tous les choeurs, la partie batterie électronique et le clavier basse. Moi je reste au clavier basse.

Cédric : Et moi je suis passé au clavier aussi pour un ensemble plus cohérent. Avant je m’occupais de faire de la basse, mais on a décidé de faire évoluer tout ça.

Pierre : Ce qui est génial, c’est que dans les arrangements et la prestation scénique, ce concert va être totalement différent du premier que nous avons fait au Réservoir. Il n’y aura pas de guitare !

 

11896277_1698934996986052_7960399934518632789_o

The following two tabs change content below.

Antoine Roché

Enfant des années 90, guitariste et étudiant en production musicale, c’est à travers mes articles que je vais vous faire partager ma passion pour l’univers de la musique, rempli de notes et de sentiments. Si le blues, le rock et le hip-hop sont mes domaines de prédilections, je reste néanmoins à l’écoute des différentes tendances du moment.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *