ROGE blog

La ré-interprétation de l’espace géographique avec Détroit

Aller au contenu
À l’origine de ce blog, nous voulions parler de nos deux passions mais également de nos mémoires et de leur évolution. Travaillant sur l’implication du Design Critique, mouvement lancé par Anthony Dunne & Fiona Raby (mais j’en reparlerai dans un autre article), j’ai décidé de partager mes différentes idées, axes afin de questionner ce qui est écrit pour l’enrichir par d’autres articles, témoignages, musiques, etc.
C’est article est une ouverture au débat sur le sujet suivant :

Qu’est-ce qu’un espace géographique et quels sont ses ré-interprétations ?

Si nous devions définir un espace géographique, on pourrait la qualifier de construction sociale édifiée par une société. C’est-à-dire un espace organisé et périmetrable dans lequel des humains interagissent avec l’environnement. L’homme peut construire des habitations et des lieux sociaux afin de communiquer entre eux.
« Pour beaucoup de géographes, l’espace ne peut être une catégorie indépendante, mais doit être considéré comme un des éléments du système social, ce qui les conduit progressivement à placer au cœur de leurs réflexions non plus l’espace en général, mais les processus socio-spatiaux qui contribuent à sa différenciation, c’est-à-dire les notions de territorialité et de territoire » Guy Di Meo, Géographie sociale et territoires, 1998

16390174385_b892c0b1be_o

Si nous devions redéfinir ou réinterpréter un espace géographique, ça serait de prendre cette construction sociale et urbain pour lui donner un sens nouveau et contraire à sa forme d’origine. Détroit, grande ville américaine des débuts du XXe siècle, ayant participé fortement à) l’industrie automobile. Dans les années 1930, on surnommait Détroit comme « The Motor City » car son développement économique était considérable et sa population a augmenté de 265 000 habitants à plus de 2 000 000 d’habitants en 30 ans.
Mais en 1958, la fermeture de l’usine automobile Packard créa une grande catastrophe car 40 000 personnes y travaillaient. Entre 1960 et 2015, la population de Détroit est passée de 2 000 000 à 700 000 habitants, faisant le modèle économique de Détroit, un échec. Mais ceux qui ne pouvaient quitter Détroit, les gens qui n’avaient aucun moyen de quitter leur foyer décidèrent d’inventer de nouveaux systèmes.

Jardin collaboratif - Détroit
Jardin collaboratif – Détroit

Grâce à la ré-interprétation de l’espace géographique de la ville et à la création de consommation collaborative, les habitants pouvaient créer leur propre agriculture pour être auto-suffisante.
Ainsi plusieurs zones péri-urbaines prirent naissance dans la ville afin de faire pousser des légumes et des fruits bio pour tenter de nourrir la population locale qui était dans le besoin car il n’y avait plus de travail et une grande partie des centres commerciaux & commerces avaient fermés.

Il y a 1600 fermes à Détroit dont notamment le cas de « Keep Growing Détroit », grande ferme collaborative qui regroupe 20 000 volontaires pour 1400 fermes et jardins improvisés bio dans tout Détroit. Ils ont pour mission de créer une ville complètement autonome en nourriture où la majorité des fruits & légumes sont cultivés par les habitants et pour les habitants. Plusieurs personnes ont préféré l’alternative de cultiver eux même leur propre nourriture (certains n’avaient pas le choix) transformant leur relation personnelle à une relation collaborative.
Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, troisième plus grande pays du monde en superficie avec 9 833 517 km2 (merci wiki), la nourriture peut traverser plus de 2400 km avant d’être consommée. L’impact écologique est énorme et dangereux pour la consommation surtout que de plus en plus d’habitants vont dans les grandes villes urbaines.
Pour répondre aux besoins alimentaires des 700 000 habitants, il faut encore construire plus de fermes parmi les 2400 hectares de friches encore ouvertes à l’agriculture collaborative. L’objectif du mouvement est de nourrir la moitié de la population de la ville de façon permanente.

 

http://www.vegemag.fr/actualite/5-enseignements-a-retenir-du-film-demain-6929
http://www.vegemag.fr/actualite/5-enseignements-a-retenir-du-film-demain-6929

Crédit photo couverture : errrrrrrrrika

The following two tabs change content below.
Passionné par le dessin depuis l'enfance, je me suis orienté vers une école d'art numérique à Paris pour découvrir le monde et ses grandes cultures ! Pour mon master, j'ai choisi d'explorer le design interactif afin de comprendre le comportement d'un utilisateur qui interagirait avec "une autre entité" qui peut se traduire par une œuvre, une machine ou un autre utilisateur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *