ROGE blog

Report concert Isaiah Rashad

Isaiah Rashad
Aller au contenu

On vous parlait de la performance d’Isaiah Rashad McClain sur son album The Sun’s Tirade. Occasion de réviser ses gammes avant un concert au Trianon qui s’annonce gigantesque.

C’est vers 18h que le squaw se retrouve, tous fin prêts, le thème des différentes conversations, s’il faut en avoir un autre, tourne autour du hip hop : dernières sorties, classiques tels que Nas ou Snoop Dogg… Mais encore, plus récemment, cet ovni de Kendrick Lamar qui pirate nos ondes pour nous envoyer directement faire un tour dans le cosmos. L’arrivée d’Isaiah Rashad se prépare. Initialement prévu à 20h45 par l’organisation du Trianon, c’est sans risque que nous nous y dirigerons sans une minute de retard.

Marie-Jeanne et bière en main devant cette salle mythique de Paris, on sent une excitation palpable parmi tous les acolytes d’un soir venus profiter de la chaleur du Lil Sunny Tour.

Une fois pénétrés dans l’antre, les premiers kicks se dessinent et attirent sans condition au coeur de la foule en liesse sur un Nigga’s in Paris qui ne pouvait mieux nous accueillir. Le ton est donné, le sol du Trianon se dérobe déjà sous nos pieds. La foule commence à gronder et à se gonfler à bloc aux sons HUMBLE, FAMOUS et autres titres savamment choisis pour composer cette première partie.

Et puis Menthol, de Cilvia Demo, retentit…! Un Isaiah Rashad plus déterminé que jamais arrive sur la scène. Le sol de bois est devenu un trampoline obligeant l’assemblé à bondir, bousculant certains voisins pris dans l’excitation du moment. Pas grave ! Tout le monde est conscient de ce qui l’attend pour la prochaine heure et demi.

Une palette de toute sa discographie nous est livrée, The Sun’s Tirade comme maillon centrale, appuyé par des productions plus anciennes de Cilvia Demo, devenu classique. Les considérations vestimentaires ou autre artifice sont mises au placard, une marée  de mousse s’installe tant le show est brut. Stuck in the Mud exprime toute l’efficacité du rappeur, puissant sur les mots, tandis que l’attaque du beat est vive et brutale. Une force se dégage du discours devant un public conquis et connaisseur. Des a cappella, des coupures pour laisser crier la foule, un chant en rythme… les tubes du petit gars du Tennessee finissent de galvaniser l’ensemble des convives de ce concert.

Lorsque d’un coup un jeune commence à scander « Ici c’est paris! » repris par le rappeur et toutes les personnes présente. Un hommage? Surement mais surtout un respect mutuel entre nous et l’américain venu prendre la température de la plus belle des capitales.

Le concert se termine, lorsque nous nous dirigeons vers la sortie, les jambes tremblantes, la tête pleine de souvenirs…

The following two tabs change content below.

Mathieu

Passionné de musique, insouciant et distrait, mes écrits sont une vision de ma réalité. Enfant du jazz et des premières heures hip hop, ces deux styles musicaux m’ont toujours accompagnés. Néanmoins je me suis ouvert depuis à d’autres courants, la musique électronique, le rock, la r'n'b ou encore la musique du monde m'entourent.

Derniers articles parMathieu (voir tous)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *